Principes Actifs  Il y a 2 produits.

Sous-catégories

  • Acide Hyaluronique

    L'acide hyaluronique (dugrec hyalos = vitreux + uronique parce qu'il a d'abord été isolé de l'humeur vitrée et qu'il possède un haut taux d'acide uronique) est un glycosaminoglycane, non fixé à une protéine centrale et réparti largement parmi les tissus conjonctifs, épithéliaux et nerveux. 

    L'acide hyaluronique aide à protéger les articulations en augmentant la viscosité du liquide synovial et en rendant le cartilage plus élastique. Dans la peau, il comble les espaces inter-cellulaires et participe à l'hydratation et la cohésion des tissus.

    (Source Wikipédia)

  • Bifidobacterium Bifidum

    Bifidobacterium bifidum est l'espèce du genre Bifidobacterium spécifique à l'homme. C'est une actinobactérie anaérobique Gram positive. Elle est constituée de bacilles en forme de « Y », anaérobies strictes, présentant un test négatif pour la catalase. Elle est immobile.

    Ces bactéries produisent de l'acide lactique et acétique à partir du lactose.

    Elle compose la majeure partie de la flore intestinale du nouveau-né nourri au lait maternel car celui-ci contient un disaccharide indispensable à sa croissance, et est également présente dans la flore intestinale de l’homme adulte en plus faible concentration.

    (Source Wikipédia)

  • Bifidobactérium Longum

    Bifidobacterium longum fait partie de la longue liste du genre Bifidobacterium singularisé par de nombreuses caractéristiques.

    De nombreuses équipes de chercheurs se sont intéressés aux relations bifidobacteries et la flore intestinale. Dès 1923, des chercheurs ont pu constater une relation étroite entre la flore de l’enfant et son immunité.

  • Bisglycinate De Fer

    L’absorption du fer contenu dans le bisglycinate ferreux est régulée par les mêmes mécanismes physiologiques que celle des autres formes de fer inorganique.

     

    Il est absorbé intact par les cellules de la muqueuse intestinale, puis hydrolysé en deux composants : le fer et la glycine. Le bisglycinate ferreux vient s’ajouter au stock de fer non héminique inorganique intraluminal dans l’intestin.

  • Boswellia

    La boswellia fait partie de la pharmacopée officielle de l'Inde et de la Chine. La médecine traditionnelle ayurvédique (Inde) lui attribue des propriétés anti-inflammatoires utiles pour le traitement des douleurs rhumatismales, de l'inflammation du tube digestif et des voies respiratoires ainsi que de diverses affections cutanées. En Médecine traditionnelle chinoise, on l'emploie pour traiter les douleurs rhumatismales et menstruelles ainsi que les ecchymoses et autres blessures cutanées.

    La résine de boswellie figure parmi les produits de santé naturels les plus employés à l’heure actuelle, notamment par les patients souffrant de maladies inflammatoires intestinales (maladie de Crohn, colite ulcéreuse) ou articulaires (arthrite rhumatoïde). Ses effets sont dus principalement aux acides boswelliques, des composés contenus dans la résine et capables de réduire l’inflammation. Ces derniers diminuent également la constriction des bronches, ce qui explique l’emploi de plus en plus répandu de la boswellie dans le traitement de l’asthme.

  • Bromélaïne

    La bromélaine est constituée d'un groupe d'enzymes présentes dans l'ananas (Ananas comosus). La bromélaine fait partie de la famille des enzymes protéolytiques, qui inclut notamment la trypsine et la papaïne. Ces enzymes ont la propriété de faire cailler le lait et, lorsqu’elles sont prises en même temps qu’un repas, de digérer les protéines.

    Inflammation postopératoire ou post-traumatique. De nombreuses études menées en Europe et publiées au cours des années 1960 et 1970 ont porté sur les effets de suppléments de bromélaine dans la réduction de l’inflammation causée par des chirurgies (dentaires, buccales, épisiotomie, cataracte), des hématomes et des contusions.

  • Fibres solubles Nutriose

    Fibres solubles de maïs

    Les fibres sont des glucides que l’organisme ne sait ni digérer ni assimiler, et de ce fait, elles

    ne fournissent pas d’énergie.

    Douces pour les intestins, les fibres solubles peuvent être conseillées chez les personnes ayant des

    intestins fragiles ou un côlon irritable. Elles stimulent moins le transit que les fibres insolubles.

    Elles prolongent la sensation de satiété et permettent ainsi d’avoir faim moins rapidement et

    de mieux gérer son poids.

    Les fibres solubles favorisent également l’équilibre de la flore intestinale et seraient ainsi

    préconisées dans la prévention des risques de cancers digestifs et en particulier de

    cancer colorectal.

  • Fibres solubles d'acacia

    Fibres solubles d'acacia

    Les fibres sont des glucides que l’organisme ne sait ni digérer ni assimiler, et de ce fait, elles

    ne fournissent pas d’énergie.

    Douces pour les intestins, les fibres solubles peuvent être conseillées chez les personnes ayant des

    intestins fragiles ou un côlon irritable. Elles stimulent moins le transit que les fibres insolubles.

    Elles prolongent la sensation de satiété et permettent ainsi d’avoir faim moins rapidement et

    de mieux gérer son poids.

    Les fibres solubles favorisent également l’équilibre de la flore intestinale et seraient ainsi

    préconisées dans la prévention des risques de cancers digestifs et en particulier de

    cancer colorectal.

  • Glutathion

    Le glutathion est un tripeptide, formé par la condensation d'acide glutamique, de cystéine et de glycine : γ-L-Glutamyl-L-cystéinylglycine. Le glutathion, qui existe sous forme oxydée et réduite, intervient dans le maintien du potentiel redox du cytoplasme de la cellule. Il intervient aussi dans un certain nombre de réaction de détoxication et d'élimination d'espèces réactives de l'oxygène.

    Le glutathion SH (réduit) ou S-S(oxydé) forme un couple d'oxydoréduction très important car il permet les échanges d'électrons (donc d'énergie) à l'intérieur de la cellule.

    Le glutathion est vital pour détoxifier les métaux lourds tels que le mercure, le plomb et le cadmium, et plusieurs autres polluants.

    Le glutathion protège les cellules de plusieurs polluants et poisons, incluant certains issus de la combustion de carburants et de la fumée de cigarette. Il retarde également les dommages dus aux radiations comme ceux rencontrés à la suite de la diminution de la couche d’ozone5.

    Vieillissement : Il est connu que le vieillissement est accompagné d’une chute précipitée dans nos niveaux de glutathion. De bas niveaux de glutathion sont souvent rencontrés dans plusieurs maladies associées au vieillissement telles les cataractes, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, l’artérosclérose et d’autres.

    Problèmes Neurologiques : De bas niveaux de glutathion furent associés à certains désordres neuro-dégénératifs tels que scléroses multiples, maladie de Lou Gehrig, Alzheimer, Parkinson ainsi que d’autres.

    Maladie cardiaques et apoplexie, Cholestérol : L’élévation des niveaux de glutathion combat l’oxydation des acides gras présents dans la circulation sanguine, incluant le cholestérol, retardant le processus de formation de plaques dans les artères, la cause sous-jacente de la plupart des problèmes cardiaques9.

    Diabète : Les diabétiques sont plus sujets aux infections et problèmes circulatoires menant aux problèmes cardiaques, lésions rénales et cécité. Le glutathion protège des complications afférentes au diabète.

    Maladies pulmonaires : Les médecins utilisent les médicaments précurseurs de glutathion dans plusieurs affections pulmonaires, incluant l’asthme, la bronchite chronique et l’emphysème. De nouvelles propriétés thérapeutiques sont mises en évidence pour les dommages causés par la fumée de cigarette, la fibrose pulmonaire et d’autres maladies.

    Problèmes digestifs : Le glutathion protège de l’inflammation rencontrée dans les cas de gastrite, d’ulcères stomacaux, de pancréatite et d’inflammation intestinale incluant l’ulcère du colon et la maladie de Crohn.

    Hépatite : Le foie est l’organe majeur d’entreposage du glutathion. Le glutathion est déficient lors d’hépatite alcoolique de même que dans les cas d’hépatite virale incluant les hépatites A, B et C. L’élévation des niveaux de glutathion restaure les fonctions du foie.

    Grossesse, Allaitement Accouchement : Le rôle du glutathion dans le développement du fœtus et du placenta est crucial. Il agit dans le placenta afin de neutraliser les agents polluants avant qu’ils atteignent l’enfant en cours de développement. Plusieurs complications lors de la grossesse ont été reliées à de faibles taux de glutathion.

  • Lactobacillus...

    Lactobacillus acidophilus est une bactérie lactique de la famille des Lactobacillaceae.

    Ce lactobacille a été isolé dans la cavité buccale et le tractus digestif de l'homme et de l'animal, et dans la flore vaginale de la femme. Il est présent dans le lait, le levain panaire et le vin.

    Il est classé parmi les probiotiques et est utilisé en cette qualité dans des laits fermentés à l'acidophilus et comme anti-infectieux intestinal dans plusieurs produits.

  • Lactobacillus Bulgaricus

    Lactobacillus bulgaricus est un micro-organisme du genre Lactobacillus. C'est un bacille gram positif.

    Il est connu pour son utilisation dans la fabrication du yaourts et laits fermentés en association avec Streptococcus thermophilus, ainsi que dans le brassage de certaines bières allemandes. Dans le cas de production de laits fermentés elle est responsable de l'acidification du milieu et joue ainsi un rôle dans la texture et l’aromatisation (acétaldéhyde). Enfin, elle a un fort rôle nutritionnel dans la composition du yaourt. Son effet bénéfique pour l’homme (qui lui vaut la dénomination de probiotique) est d’améliorer la digestion du lactose et de diminuer ainsi les problèmes d’intolérance.

  • Lactobacillus Caséï

    Lactobacillus casei est une espèce de bactérie lactique de la famille des Lactobacillaceae. Cette bactérie a été isolée dans le lait, le fromage et le tractus gastro-intestinal de l'homme, du cochon et des oiseaux.

    Certaines souches de L. casei sont utilisées comme probiotique dans l'industrie des laits fermentés et comme ferments lactiques.

  • Lactobacillus Plantarum

    Lactobacillus plantarum est une bactérie lactique de la famille des Lactobacillaceae.

    Ce lactobacille est présent dans l'environnement, sur les plantes, dans le tractus digestif et la bouche (de l'homme), les eaux usées, l'ensilage, les produits laitiers, la choucroute, le levain panaire naturel. Certaines souches sont utilisées comme probiotique ou dans l'industrie agro-alimentaire sous forme de levain pour ensemencer les produits en fromagerie, panification, charcuterie etc.

    Différents essais, montrent qu'une prise journalière de souches de lactobacilles diminue la numération des bactéries anaérobies Gram négatives au niveau de la muqueuse rectale et que les principaux lactobacilles retrouvés dans la dizaine de jours qui suivent la fin de la prise, au niveau du jéjunum (intestin grêle), était les souches de L. plantarum. D'un point de vue médical, la réduction du nombre de bactérie anaérobies Gram négatives est considérée comme étant avantageuse, puisque ces bactéries sont fréquemment isolées dans les sites infectés après une intervention chirurgicale. Une étude portant sur des sujets ayant un taux assez élevé de cholestérol, a montré que l'absorption de L. plantarum  pouvait réduire le cholestérol LDL de 9,6 %.

  • Lactobacillus Reuteri

    Lactobacillus reuteri est une bactérie lactique de la famille des Lactobacillaceae.

    Ce lactobacille est naturellement présent dans le tractus gastro-intestinal, dans la cavité buccale et sur la muqueuse vaginale des humains et d'autres animaux. Il est même considéré comme une des rares espèces indigènes de Lactobacillus de l'homme. Il a aussi été isolé dans le lait, les fromages, les saucissons et le levain panaire.

    Lb. reuteri est considéré comme une bactérie lactique probiotique

  • Lactobacillus Rhamnosus

    Lactobacillus Rhamnosus est considéré comme un probiotique utile pour le traitement de diverses maladies, car il fonctionne à plusieurs niveaux. La plupart des mécanismes moléculaires ne sont cependant pas connus.

    L'allergie aux arachides

    La recherche montre que L. rhamnosus comme probiotique pourrait arrêter des réactions allergiques aux arachides chez 80% des enfants.

    Diarrhée

    Lactobacillus rhamnosus  a  montré un bénéfice dans la prévention des diarrhée aux  rotavirus chez les enfants. La prévention et le traitement de divers types de diarrhée a été démontré à la fois chez les enfants et chez les adultes.

    La dermatite atopique, eczéma

    Lactobacillus rhamnosus  a également montré un potentiel dans le traitement et la prévention primaire de la dermatite atopique , mais les résultats des essais d'intervention ont été mitigés. Un essai clinique avec sept ans de suivi montre que L. rhamnosus  est utile dans la prévention de la dermatite atopique chez les enfants à risque élevé d'allergie.

    Tractus urogénital

    Les effets sur la santé clinique de L. rhamnosus GG ont été largement étudiés. Les deux L. rhamnosus GG et L. rhamnosus GR-1 semblent protéger le tractus urogénital par excrétion  de biosurfactants pour inhiber l'adhésion des agents pathogènes vaginales et urinaires.

    La perméabilité des voies Intestinal

    L. rhamnosus a démontré une réduction de  la perméabilité intestinale chez les enfants qui souffrent de syndrome du côlon irritable, et il a également démontré une efficacité dans  la perméabilité intestinale liée à l' alcool.

    Le syndrome d' Asperger et le TDAH [ modifier ]

    Un document de recherche publié dans l'édition de Juin 2015 la revue médicale Pediatric Research a conclu qu’une  supplémentation en probiotique précoce peut réduire le risque de développement de troubles neuropsychiatriques plus tard dans l' enfance. Les nourrissons dans l'étude longitudinale ont été randomisés pour recevoir soit Lactobacillus rhamnosus , soit un placebo au cours de leurs six premiers mois de la vie et ont ensuite été suivis pendant 13 ans. À l'âge de 13 ans, 17,1% des enfants du groupe placebo ont été diagnostiqués avec le syndrome d' Asperger ou TDAH alors qu'aucun des enfants qui ont reçu Lactobacillus rhamnosus n’ont été diagnostiqués .

     

    L' anxiété

    Les recherches publiées dans les Actes de l' Académie nationale des sciences le 29 Août, 2011 rapporté cette bactérie peut avoir un effet sur GABA récepteurs de neurotransmetteurs. Les souris qui ont été nourris L. rhamnosus JB-1 avait moins d' anxiété et avaient des niveaux différents d'un capteur cerveau-chimiques et des hormones de stress.

     

    La perte de poids

    Une étude publiée dans le British Journal of Nutrition en 2013 suggère que Lactobacillus rhamnosus  peut augmenter la perte de poids chez les femmes qui suivent un régime. La recherche a été lancé après plusieurs études ont montré que les bactéries intestinales chez les personnes obèses diffèrent significativement de ceux chez les personnes minces. Les femmes dans l'étude ont perdu près de deux fois le poids que le groupe placebo a perdu. Aucune différence n'a été observée chez les hommes, cependant. 

  • Lactoferrine

     La lactoferrine est sécrétée par tous les épithéliums glandulaires et muqueux (particulièrement présente dans le lait maternel), mais aussi par les granules des cellules de l’immunité non spécifique (les monocytes).

    La lactoferrine est considérée comme l’élément clé de la première ligne de défense de l’organisme, en raison de sa capacité à répondre à une grande variété de changements physiologiques et d’agressions environnementales.

    Ses caractéristiques fonctionnelles, liées à la structure des séquences peptidiques et à l’activité catalytique du fer, lui confèrent une forte activité antimicrobienne  (contre un large spectre de bactéries, virus, parasites, levures et champignons) ainsi qu’une certaine activité anti-inflammatoire et anti-tumorale (8). Mais elle constitue avant tout un support essentiel à l’équilibre du « statut en fer » de l’organisme.

  • Lin TRADILIN

    Le Lin de Nutrilin est un mélange extrudé de graines de lin TRADILIN® (50%) et de farine de blé noir (49,8%), associé à un antioxydant : extrait naturel de romarin (0,2%)

    Les graines de lin constituent une source d'acide alpha-linolénique (AAL), substance qui fait partie de la famille des acides gras oméga-3. La graine de lin est la graine la plus riche en Oméga 3.

    Les graines de lin sont sélectionnées sur plusieurs critères :

    • Origine française des lins

    • Modes de production soumis à un cahier des charges strict

    • Teneur en Oméga 3 minimum garantie (Il existe près de 200 variétés de lin)

    • Traçabilité de la semence jusqu’au produit

    La graine de lin est particulière car elle a développé une enveloppe très rigide pour se protéger des agressions extérieures. Cette enveloppe, très solide, d’une part contient des facteurs toxiques (facteurs cyanogènes), d’autre part contient des facteurs antinutritionnels qui empêchent sa dégradation par les sucs digestifs, et ce, afin de protéger la matière grasse contenue dans l’amande de la graine.

    Lorsque les graines sont broyées, seule l’enveloppe est en partie « cassée ». Cela libère une toute petite partie de la matière grasse (40% de digestibilité des Oméga 3 sur une graine de lin broyée). Il y a donc très peu d’intérêt nutritionnel à consommer la graine de lin telle qu’elle !

    Le lin de Nutrilin est issu d’un procédé breveté de traitement de la graine de lin (la thermo extrusion). Ce processus comprend plusieurs étapes :

    - Une première étape de détoxification de la graine de lin permettant de détruire les facteurs cyanogènes

    - Une seconde étape de destruction des molécules pro-oxydantes, permettant de « protéger » la matière grasse du vieillissement

    - Une troisième étape de libération de la matière grasse par un process d’extrusion qui permet de rendre 90% des Oméga 3 biodisponibles.

    Ainsi, ce procédé breveté de thermo-extrusion de la graine de lin TRADILIN® garantit :

    • La détoxification et destruction des facteurs antinutritionnels de la graine

    • La libération de la matière grasse : 80% de biodisponibilité

    • La préservation des nutriments, une teneur constante en Oméga 3 et fibres

    Une stimulation de la flore colique potentialise l’effet protecteur des lignanes apportés par la farine de lin TRADILIN et a aussi un effet favorable sur la muqueuse intestinale. Les bactéries de l’intestin transforment les lignanes (SDG) en Enterodiol et en Entérolactone. Ces phytohormones vont diminuer la production de Cortisol libre de 30% à 50%, permettant une diminution de l’insulinorésistance et donc du stockage adipeux. (En cas de surpoids les récepteurs à l’insuline ne fonctionnent plus normalement)

    Le lin TRADILIN permet un très important apport d’Oméga-3 qui améliore la fluidité des membranes, ce qui entraine une diminution de l’insulinorésistance et de la production de radicaux libres. L’apport d’oméga-3 va induire un rééquilibrage entre Oméga-3 et Oméga-6.

  • PCSO-524tm

    Le PCSO-524tm  est un groupe unique de lipides marins qui comprend différents lipides non-polaires et acides gras polyinsaturés Oméga-3.

    C’est un complexe de plus de trente Oméga-3 extraits de manière naturelle de Perna Canaculus, la moule aux « orles verts ». Ces moules aux orles verts sont originaires du Pacifique et plus particulièrement de la Nouvelle-Zélande, où l'on a découvert leurs propriétés bénéfiques pour le corps.

  • Policosanol

    Le policosanol est composé de divers alcools gras à longues chaînes de carbone. Il est généralement extrait de la matière cireuse de la canne à sucre. On peut également le tirer de la cire d’abeille, de l’igname ou du son de riz, mais c’est celui provenant de la canne à sucre qui a fait l’objet de la grande majorité des recherches scientifiques.

    Le policosanol est constitué d’environ 65 % d’octacosanol; on y trouve aussi d’autres alcools gras comme le triacontanol (13 %), l’hexacosanol (6 %), le tétracosanol, l’heptacosanol, le nonacosanol, le dotriacontanol et le tétratriacontanol.

    Hypercholestérolémie.

     Jusqu’en 2005, plus de 60 essais cliniques ayant porté en tout sur plus de 3 000 sujets semblaient démontrer l’efficacité du policosanol tiré de la canne à sucre. Les données indiquaient qu’il était plus efficace qu’un placebo et généralement aussi efficace que les médicaments classiques (notamment les statines), pour faire baisser le taux de cholestérol.

  • Polyphénols de raisin

    Les polyphénols constituent une famille de molécules organiques largement présente dans le règne végétal. Ils sont caractérisés, comme l’indique le nom, par la présence d'au moins deux groupes phénoliques1 associés en structures plus ou moins complexes, généralement de haut poids moléculaire. Ces composés sont les produits du métabolisme secondaire des plantes.

     

    Les polyphénols prennent une importance croissante, notamment grâce à leurs effets bénéfiques sur la santé. En effet, leur rôle d’antioxydants naturels suscite de plus en plus d'intérêt pour la prévention et le traitement du cancer, des maladies inflammatoires, cardiovasculaires et neurodégénératives. Ils sont également utilisés comme additifs pour les industries agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique.

  • Psyllium

    Les graines de psyllium, noires, brunes ou blondes selon les espèces, sont minuscules (1 000 graines pèsent moins de 2 g) d'où leur nom issu du mot grec psyllia, qui signifie puce. Le psyllium est principalement cultivé en Inde, mais aussi dans plusieurs pays d'Europe et de l'ex-Union soviétique, ainsi qu'au Pakistan.

    Plus de 10 siècles avant J.-C., les médecins égyptiens employaient déjà le psyllium comme laxatif et pour traiter les inflammations des voies urinaires. Il est également connu depuis des siècles en Europe, en Asie et en Afrique du Nord. En Inde et en Chine, le psyllium était traditionnellement employé pour traiter la diarrhée, les hémorroïdes et l'hypertension.

    Constipation :

    Le psyllium est un laxatif de lest. Les substances mucilagineuses qu’il contient absorbent l’eau des aliments. Dans les intestins, elles forment alors un « gel » qui augmente le poids des selles, améliore leur consistance et accélère leur transit. Le psyllium est très utilisé pour combattre la constipation, en particulier lorsqu’elle est chronique. Comparé aux autres laxatifs de lest, le psyllium se révèle plus efficace que le polycarbophile de calcium, la méthylcellulose ou le son de blé. Il provoque aussi moins de ballonnements et de flatulences que les autres fibres végétales2. Cependant, selon les spécialistes en gastroentérologie, son efficacité reste modérée.

    Moins puissant que les stimulants comme le séné ou le bisacodyl, le psyllium offre l’avantage d’être mieux toléré et de ne pas entraîner leurs effets indésirables. Par ailleurs, bien que modérés, ses effets seraient aussi importants, voire plus, que les laxatifs émollients (docusate de sodium ou de calcium). Seuls certains laxatifs osmotiques (lactulose, polyéthylène glycol) et des médicaments de synthèse ont été jugés plus efficaces.

    Chez les patients atteints de maladies neurologiques, qui ont un risque plus élevé de souffrir de constipation, les résultats obtenus avec le psyllium sont encourageants, mais pas encore assez concluants pour suggérer un protocole de traitement.

    Hypercholestérolémie :

    La prise quotidienne de suppléments de psyllium contribue à diminuer le taux de cholestérol et de triglycérides des personnes sujettes à l’hypercholestérolémie légère ou modérée. La réduction du cholestérol total et du « mauvais » cholestérol (LDL) s’observerait à partir de 5 g de psyllium par jour et augmenterait avec la dose. Le suivi simultané d’un régime faible en gras, s’il n’est pas indispensable, augmente l’efficacité des suppléments. Par ailleurs, l’effet du psyllium s’exerce même chez les personnes qui contrôlent leur hypercholestérolémie avec des médicaments à base de statines (lovastatin, simvastatine, atorvastatine)

  • Rhodolia

     La Rhodiola rosea est composée de rosavine, de ralidrosive, de flavonoïdes, de douze acides aminés, de vingt minéraux et de nombreuses vitamines, de tanins et d'antioxydants. Ses propriétés antioxydantes sont puissantes et lui confèrent une action efficace pour combattre le vieillissement de la peau. Les composants naturels de la racine activeraient la production de quatre molécules : la norépinéphrine, la sérotonine, la dopamine et l'acétylcholine. Ces molécules agissent directement sur le cortex cérébral et augmentent l'attention, la mémoire et la capacité intellectuelle.

    La rhodiole est la plante de la santé par excellence. Elle permet d'être rapidement en alerte et d'avoir de bons réflexes. C'est une plante adaptogène qui favorise la réponse de l'organisme à ses différents besoins (stress, maladie, manque d'énergie, convalescence, tension artérielle ou nerveuse). La rhodiole est particulièrement efficace pour tout ce qui concerne l'équilibre nerveux et la gestion du stress.

  • Streptococcus...

    Le streptocoque thermophile (ou Streptococcus thermophilus) est une bactérie alimentaire, thermophile (optimum de croissance à 43 °C), présente seulement dans la fermentation du lait, où elle est notamment utilisée en association avec la bactérie Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus pour la fabrication du yaourt.

  • Vitamine B6

    La vitamine B6 est une vitamine hydrosoluble dite « essentielle », car l’organisme ne sait pas la fabriquer et ne la stocke pas : le corps doit donc la puiser chaque jour dans les aliments dans lesquels elle est présente sous différentes formes : pyridoxine, pyridoxal et pyridoxamine. Sa forme active dans l'organisme est nommée pyridoxal-5-phosphate ou PLP.

     

    La vitamine B6 joue un rôle de cofacteur dans un grand nombre de processus reliés au métabolisme des acides aminés et des protéines. Elle joue un rôle crucial dans la synthèse de certains anticorps, de l'hémoglobine et de certains neurotransmetteurs comme la sérotonine, la mélatonine, la dopamine et l'acide gamma-aminobutyrique. Elle joue, à ce titre, un rôle important dans le maintien de l’équilibre psychique. Elle contribue à la bonne absorption de la vitamine B12 par l'organisme et à la production d'acide chlorhydrique.

     

    La vitamine B6 est aussi nécessaire à la production de la vitamine B3 ou niacine, à partir du tryptophane, un acide aminé. Et, comme la majorité des vitamines du groupe B, la vitamine B6 est essentielle à la production d’énergie à partir du glycogène musculaire (forme de stockage des sucres dans le muscle).

  • Vitamine B9

    La vitamine B9, comme toutes les vitamines du groupe B, est hydrosoluble, c’est-à-dire soluble dans l’eau. La vitamine B9, ou folacine, est aussi appelée acide folique pour la forme synthétisée servant de supplément, et folate pour celle présente naturellement dans les aliments.

    La vitamine B9 joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN) et des acides aminés nécessaires à la croissance cellulaire. Elle joue notamment un rôle important dans la formation des globules rouges, le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Elle est nécessaire à la production de nouvelles cellules, ce qui la rend particulièrement importante durant les périodes de croissance rapide comme l'enfance, l'adolescence, la grossesse (développement du foetus).

  • Vitamine C

    La vitamine C est hydrosoluble, c'est-à-dire qu'elle est soluble dans l'eau. Même si la plupart des mammifères peuvent la synthétiser, l'organisme humain en a perdu la capacité au cours de l'évolution. Il doit donc la puiser chaque jour dans les aliments. La vitamine C est absorbée principalement par l’intestin grêle et, en beaucoup plus faible quantité, dans la bouche et l’estomac; elle est éliminée par l'urine. Dans l'organisme, elle est surtout présente dans le cristallin de l’oeil, les globules blancs, l'hypophyse, les glandes surrénales et le cerveau.

     

    La vitamine C participe à des centaines de processus dans l’organisme. Une de ces principales fonctions est d'aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif de la peau, des ligaments et des os. Elle contribue aussi au maintien de la fonction immunitaire, elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l'absorption du fer contenu dans les végétaux.

  • Vitamine D3

    La vitamine D3 (cholécalciférol) est une forme de la vitamine D, et participe au maintien des niveaux sanguins normaux de calcium et de phosphore, absorbés par l'intestin.

     La vitamine D3 joue un rôle dans le maintien des muscles squelettiques et des os. Un déficit en vitamine D3 est à l'origine de différentes pathologies osseuses, comme l'ostéoporose notamment. La vitamine D3 a également une activité cytotoxique contre les cellules cancéreuses. Elle est essentiellement synthétisée par la peau grâce au soleil (exposition aux rayons ultraviolets B), et est présente dans certains aliments.

  • Vitamine E

    La vitamine E joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules de l’organisme. Elle est antioxydante, c’est-à-dire qu’elle contribue à la neutralisation des radicaux libres dans l’organisme. De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (LDL). Cette oxydation des LDL est associée à l’apparition de l’athérosclérose et donc aux maladies cardiovasculaires. La vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur.

  • Magnésium acetyl...

    Le magnésium est présent dans presque toutes les cellules de l'organisme, où il participe entre autres à plus de 300 réactions enzymatiques. Le magnésium contribue à une synthèse protéique normale, à l’équilibre électrolytique et à un métabolisme énergétique normal. Le magnésium joue un rôle dans le transfert des impulsions entre les cellules nerveuses et contribue à une fonction musculaire normale. Le magnésium joue un rôle dans le maintien des muscles lisses. Le magnésium contribue également au maintien d'une ossature normale. 

    Le Magnesium acetyltaurinate est un inhibiteur de l’acide kaïnique, un neurotransmetteur impliqué dans l’hyperactivité neuronale (stress, fatigue, angoisse, migraines, migraines photiques, céphalées, troubles du rythme cardiaque, épilepsies, convulsions,...).

    Le magnésium aide à atténuer la fatigue et l’asthénie. Il contribue au fonctionnement normal du système nerveux et musculaire. Le magnésium contribue à une fonction psychique normale.

    Le Magnesium acetyltaurinate présente une analogie structurale aux acides kaïnique et glutamique. L’acide kaïnique est un agoniste spécifique du récepteur au kaïnate (récepteur ionique glutamate-like). Les migraines photiques sont caractérisées par une perte du phénomène d’ « habituation » et par l’instauration de « potentiation-sensitization-dishabituation» de la réponse corticale diagnostiquée par des « Evoked cortical potentials » élevés. IL est intéressant d’adjoindre au magnésium de la vitamine B6, qui en favorise l’absorption.

    En cas de stress, conjointement à l’élévation de l’adrénaline, le magnésium sort de la cellule pour ensuite être excrété dans les urines. C’est ainsi que tout stress augmente les pertes en magnésium. Le stress chronique entraîne donc des déficits en magnésium conséquents. Or ces déficits rendent plus sensible au stress. Cette sensibilité entraîne de plus grands stress, qui continuent d’épuiser le magnésium, et ainsi de suite.

    Il faut noter qu’il est possible de couvrir ses besoins en magnésium par l’alimentation. Pour cela, Il faut alors consommer très largement fruits, légumes, légumineuses, céréales complètes et oléagineux. Néanmoins, rares sont les personnes qui réussissent à le faire.

  • Gattilier

    Les vertus médicinales de la baie de gattilier sont connues depuis plus de 2 000 ans. Dioscoride, illustre médecin de la Grèce antique, mentionne qu'on faisait, avec les graines présentes dans la baie, une boisson destinée à calmer la libido. On dit qu'au Moyen Âge, les moines du sud de l'Europe consommaient les baies afin de pouvoir mieux supporter les affres du célibat. D'où son appellation populaire de « poivre des moines ».

    Cette propriété qui, soit dit en passant, n'a pas été démontrée scientifiquement, semble avoir déterminé le nom de l'arbuste : agnus castis signifie « agneau chaste ». Quant au mot Vitex, il viendrait de vitilium qui signifie « tressage », parce qu'on utilisait les branches, à la fois souples et résistantes, des divers arbustes de ce genre botanique pour fabriquer des clôtures en clayonnage.

    En 1943, une firme allemande mettait au point un extrait de baies de gattilier standardisé en agnuside, l'un des composés caractéristiques du Vitex. Dans les années 1950, cet extrait fut adopté en Europe pour le traitement de la mastalgie.

    Des essais cliniques ont été réalisés au cours des dernières décennies sur le gattilier. De 1943 à 1997, la firme allemande qui a produit le premier extrait standardisé de baies de gattilier (teneur standardisée en agnuside) avait mené une série de plus de 30 études sur les effets de la plante.

    Syndrome prémenstruelDans les années 1990, des études cliniques sans placebo ont conclu à l'efficacité et à l'innocuité du gattilier pour soulager les symptômes du syndrome prémenstruel. 

    MastalgieAu cours de 3 essais cliniques à double insu avec placebo, réalisés par des laboratoires différents, le même extrait de baies de gattilier, a permis de réduireles douleurs aux seins associées au syndrome prémenstruel (mastalgie cyclique).

    Ménopause. Au cours du XXe siècle, l’usage du gattilier s’est progressivement étendu au traitement des troubles accompagnant la ménopause. 

    La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent l'usage du gattilier pour traiter les irrégularités du cycle menstruel, pour soulager le syndrome prémenstruel et la mastalgie.

  • Griffonia

    Griffonia simplicifolia (syn. Bandeiraea simplicifolia Benth.) est une plante grimpante légumineuse native de l'Afrique de l'Ouest et d'Afrique Centrale. Elle peut mesurer jusqu'à 3 m de haut, et porte des fleurs vertes qui donnent des cosses noires.

    Constituants chimiques

    Les graines de la plante sont utilisées en phytothérapie pour leur forte concentration en 5-Hydroxytryptophane (5-HTP). Le 5-Hydroxytryptophane est un acide aminé précurseur naturel de la sérotonine4. La sérotonine joue un rôle important dans le corps comme neurotransmetteur transportant les signaux entre les neurones du système nerveux, et participant entre autres à la régulation de l'humeur. Griffonia simplicifolia contient aussi une lectine légume appelée GS Isolectin B4, qui se lie aux résidus alpha-D-galactosyl des polysaccharides et glycoprotéines.

     

    Utilisation

    La Griffonia est utilisée en phytothérapie principalement pour les pathologies nécessitant une augmentation de la concentration de sérotonine, ou sa régulation. Utilisée sous diverses formes (teintures, comprimés, décoctions, extraits etc.) elle est une alternative naturelle efficace aux antidépresseurs ISRS et anxiolytiques de synthèse pour le traitement des troubles de l'humeur, de l’anxiété et de la dépression. Utilisation secondaire pour les troubles du sommeil et de l'appétit, ainsi que pour le traitement de l'anémie falciforme.

  • Desmodium

    Originaire d'Afrique-Equatoriale, le desmodium est connu depuis peu en Europe. Cette plante agit comme un excellent hépatoprotecteur, y compris lorsque le foie est agressé par un traitement médicamenteux ou une chimiothérapie. Le desmodium adcendens aide également à soigner l'asthme bronchique ou allergique et peut même s'avérer efficace en cas de crises d'épilepsie ou de chocs anaphylactiques.

    Propriétés médicinales du desmodium

    Hépatoprotecteur : augmente la résistance des cellules du foie en cas d'inflammation d'origine toxique ou infectieuse, notamment suite à un traitement médicamenteux ou à une chimiothérapie. Il est efficace contre les hépatites virales (en association avec un traitement médicamenteux), particulièrement dans la phase dite ictérique (au début de la maladie).

    Antiasthmatique : permet de lutter contre les crises d'asthme bronchique, en empêchant la contraction des muscles des poumons.

    Antiallergique : contribue à soigner les allergies survenant de manière subite, comme l'asthme allergique, les oedèmes de Quincke ou encore les allergies digestives.

    Bronchodilatateur : effet relaxant sur les tissus pulmonaires et les muscles bronchiques, en cas de crises d'asthme ou de chocs anaphylactiques.

    Décontractant : s'utilise en cas de contractures musculaires telles que les courbatures, les crampes et les spasmes. Il est efficace pour apaiser les maux de dos.

    UTILISATION EXTERNE

     

    En cataplasme, le desmodium a un effet antiallergique sur l'urticaire et l'eczéma de contact.

    INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES

     

    Inflammations et agressions du foie, hépatites virales, asthme, allergies digestives et de contact, chocs anaphylactiques (en Afrique), contractures musculaires.

     

    AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

     

    Convulsions, diarrhées, cures de détoxification.

     

    Histoire de l'utilisation du desmodium en phytothérapie

     

    Le desmodium est un remède traditionnel dans différentes parties du globe et particulièrement en Afrique de l'Ouest, d'où la plante est originaire (Ghana, Cameroun...). Dans ces pays, la plante est utilisée contre l'asthme et la jaunisse, mais également contre les maladies du foie ou digestives. En Amérique latine, elle fait partie, depuis des siècles, des traitements contre les convulsions, l' épilepsie, les diarrhées, la malaria et les infections génito-urinaires. Le desmodium a été introduit en France dans les années 1970, par le docteur Pierre Tubéry et son épouse, entrainant le démarrage de nombreux projets de recherches scientifiques sur ses propriétés médicinales. En 2006, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation reconnait, ainsi, les propriétés hépatoprotectrices et immunostimulantes du desmodium. La plante n'est toutefois pas inscrite à la pharmacopée française.

  • Cimicifuga

    La cimicifuga, connue aussi sous le nom d'actée à grappes, a une action oestrogénique ; c'est également un anti-inflammatoire rhumatismal. Elle soulage les symptômes liés à la ménopause. Les Amérindiens l'utilisaient pour soulager les parturientes, réguler les menstruations, soigner les personnes atteintes de maux de gorge, de maladies rénales, de bronchite, de fièvre. Elle est plus efficace chez la femme.

    Noms scientifiques: Cimicifuga racemosa , Actaea racemosa

     

    Noms communs : cimicifuga, actée à grappes, actée à grappes noires, herbe aux punaises, racine noire de serpent, cierge d'argent, cimicifuge, cohosh noir

    Classification botanique : famille des renonculacées ( Ranunculaceae )

     

    Formes et préparations : rhizomes séchés, poudres, extraits secs, gélules, teinture mère

     

    Propriétés médicinales de la cimicifuga

     

    UTILISATION INTERNE

     

    Anti-inflammatoire, diurétique ; activité oestrogénique et propriétés antioestrogéniques ; propriétés hypotensives et vasodilatatrices, antispasmodiques et sédatives.

     

    UTILISATION EXTERNE

     

    Traitement des tendinites.

     

    INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES

     

    La cimicifuga permet d'atténuer les syndromes prémenstruels, de réguler des règles trop abondantes ou irrégulières, les maux de tête d'origine nerveuse et les bouffées de chaleur, en particulier durant la ménopause.

     

    AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

     

    La cimicifuga est utilisée pour soulager les personnes souffrant de torticolis, de douleurs rhumatismales, de névralgies, de tendinites et de douleurs musculaires.

  • Silymarine

    La silymarine, isolée en 1968, est considérée comme la substance active qui fournit les effets thérapeutiques de la plante. Il s’agit en fait d’un mélange de substances dont le composé principal est la silibinine. La silymarine, présente dans toute la plante, est particulièrement concentrée dans les graines mûres.

    Dans la plupart des essais cliniques, on a utilisé un extrait normalisé contenant de 70 % à 80 % de silymarine.

    Les Européens considèrent que la silymarine contenue dans le chardon-Marie est une substance très efficace pour protéger le foie. En médecine classique, elle est utilisée pour la prévention et le traitement de divers troubles hépatiques : hépatite, cirrhose, calculs biliaires, ictère (jaunisse) et dommages causés au foie par des substances toxiques. De l'avis des cliniciens qui s'en servent dans leur pratique, la silymarine peut régénérer les tissus abîmés du foie en plus de protéger cet organe contre les effets des toxines naturelles (champignons, venin de serpent, piqûres d'insectes, alcool, etc.) ou synthétiques (solvants, produits de nettoyage, médicaments, etc.).

    En Europe, les médecins administrent, sous forme d'injection, un dérivé soluble de la silymarine tirée des graines de chardon-Marie pour traiter les intoxications à l'amanite. Ce champignon sauvage renferme une substance toxique pour le foie potentiellement mortelle.

    Une multitude d’observations médicales et de nombreux essais avec et sans placebo rapportent les bienfaits du chardon-Marie en cas de maladie du foie, particulièrement en cas d’hépatite d’origine virale ou alcoolique et de cirrhose. Toutefois, la faiblesse méthodologique de plusieurs de ces études (nombre de participants trop faible, critères de sélection des patients imprécis) et le manque d’homogénéité des protocoles ne permettent pas d’affirmer, hors de tout doute, que le chardon Marie est efficace pour prévenir ou traiter ce type de maladie. Les spécialistes ne recommandent donc pas officiellement l’usage de la plante ou de la silymarine; ils ne s’y opposent pas non plus, étant donné son innocuité. Comme les résultats ne permettent pas d’exclure un effet, plusieurs chercheurs soulignent la nécessité de poursuivre les essais cliniques.

     

    Usage reconnu Maladies du foie. La Commission E a approuvé, en 1989, l'usage de l'extrait normalisé à 70-80 % de silymarine pour traiter les intoxications hépatiques et comme adjuvant en cas d'hépatite et de cirrhose du foie. En 2002, l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissait sensiblement les mêmes usages.

    Cancer. Les chercheurs et les cliniciens s’intéressent de très près aux effets bénéfiques du chardon-Marie en cas de cancer. Il permettrait, entre autres, de protéger le foie des dommages causés par la chimiothérapie. Mais on scrute aussi son potentiel effet préventif contre le cancer de la prostate, le cancer de la peau et le cancer colorectal. Il pourrait aussi améliorer l’efficacité des traitements contre le cancer10. Pour l’instant, cependant, on dispose seulement d’essais in vitro, sur des animaux et de quelques études cliniques préliminaires.

     

    Diabète. Une étude clinique a été menée auprès de 56 patients souffrant de diabète de type 2. Les résultats indiquent qu’un extrait normalisé de chardon-Marie (200 mg 3 fois par jour, durant 3 mois) améliore le contrôle de la glycémie et réduit les taux de cholestérol et de triglycérides sanguins15. Un essai antérieur avait aussi donné des résultats positifs auprès de personnes diabétiques souffrant de cirrhose du foie. Le traitement avait réduit leur résistance à l’insuline, mais l’absence d’un groupe placebo limite la portée de ces résultats.

     

    Usage reconnu Dyspepsie. La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent l’usage des graines de chardon-Marie pour soigner la dyspepsie. Jusqu'à récemment, à l'instar des herboristes, les médecins de formation classique soignaient généralement la dyspepsie à l'aide de substances amères, comme celles qu'on retrouve dans le chardon-Marie. En Europe, cette plante fait partie de plusieurs préparations pharmaceutiques destinées au traitement de divers troubles digestifs d'origine hépatique et biliaire.

  • Bambou

    Riche en silicium, le bambou stimule la production de collagène, qui facilite ensuite la reconstruction des cartilages. De quoi consolider vos os en cas de fracture ou en prévention de l'ostéoporose. Utile également en cas de problèmes articulaires.

    Pathologies: reminéralisant

    Partie utilisée: l’exsudat de la tige

    Description

    Originaire de l'Inde, le bambou est un roseau pouvant atteindre plus de 10 mètres de haut après une croissance particulièrement rapide (parfois plus de 20 cm par jour !). Pour leur médecine naturelle, les Chinois récoltent sur les noeuds des tiges un exsudat que l'on nomme “bamboosil” (tabashir en Inde).

     

    La reconstruction du cartilage

    Le bambou est la plante de choix par sa haute teneur en silice (77%), contenu dans ces exsudats. Cet oligoélément, abondant dans la nature, voit sa présence se raréfier dans la nourriture dévitalisée « moderne ». Pourtant, le silicium est une substance importante pour le corps, surtout pour la peau et les os. Il stimule la synthèse du collagène contenu dans les tissus osseux et conjonctifs et facilite ainsi la reconstitution du cartilage détruit au cours de maladies articulaires comme l'arthrose. À cette action bénéfique sur les articulations, s'ajoute un effet reminéralisant. Il permet d'éviter la déminéralisation osseuse responsable de la fragilité diffuse des os (ostéoporose) qui se produit notamment à la ménopause. Il est donc tout à fait opportun d'effectuer régulièrement une cure de bambou.

  • Coenzyme Q10

    Proche parente de la vitamine K par sa structure chimique, la coenzyme Q10 (CoQ10) est aussi un antioxydant, c'est-à-dire qu'elle protège l'organisme des dommages causés par les radicaux libres (stress oxydatif).

     

    Cette coenzyme, qui agit comme une vitamine dans l’organisme, active la production d'énergie sur le plan cellulaire. Tous les processus physiologiques qui exigent une dépense énergétique ont besoin de CoQ10. Elle est d'ailleurs présente dans tout l'organisme, notamment dans le coeur, dans les muqueuses des gencives et de l’estomac, dans les tissus de tous les organes qui jouent un rôle dans le système immunitaire, dans le foie, les reins et la prostate. D'où son autre nom d’« ubiquinone » (qui a la même étymologie que le mot « ubiquité », qui veut dire « omniprésence »).

    La CoQ10 est considérée comme un supplément alimentaire et non comme un médicament, essentiellement parce qu’il s’agit d’une molécule naturelle, qui ne peut par conséquent faire l’objet d’un brevet pharmaceutique.

    Usages médicaux reconnus. Au Japon, de même que dans plusieurs pays européens, les protocoles de la médecine classique incluent l’administration de la coenzyme Q10 pour traiter l’insuffisance cardiaque, divers troubles cardiaques ou cardiovasculaires, de même que pour contribuer à maîtriser l’hypertension artérielle. La Food and Drug Administration américaine a accordé le statut de médicament orphelin à certains produits de coenzyme Q10 pour le traitement de la maladie de Huntington et de l’encéphalomyopathie mitochondriale (troubles neuromusculaires rares associés à un dysfonctionnement des mitochondries).

    Efficacité probable Hypertension. Les auteurs d’une méta-analyse publiée en 2007 ont scruté 12 essais cliniques (362 sujets en tout). Ils ont conclu que, chez des patients souffrant d’hypertension, la CoQ10 peut réduire la pression systolique de 17 mmHg et la pression diastolique de 10 mmHg sans effet indésirable notable1. Les dosages utilisés au cours des études ont varié de 60 mg à 100 mg, 2 fois par jour.

     

    Efficacité possible Insuffisance cardiaque (classe I à III). L’emploi de la CoQ10 comme adjuvant aux traitements classiques pour soigner l’insuffisance cardiaque fait partie des protocoles de traitement courants au Japon et dans certains pays d’Europe.

  • Bacopa

    Le bacopa fait partie de la pharmacopée de l’Ayurveda (médecine traditionnelle de l’Inde) depuis près de 3 000 ans. Les anciens écrits ayurvédiques le recommandaient pour traiter divers états affectant l'intellect ou le système nerveux central : anxiété, troubles cognitifs, problèmes d’attention, dépression, épilepsie, etc.

     

    Suivant la conception hindoue, le cerveau est le centre de l’activité créatrice. Par conséquent, les Indiens donnent aux remèdes qui traitent les troubles mentaux le nom de brahmi, qui vient de Brahma, créateur mythique du panthéon hindou. Le bacopa est donc souvent appelé brahmi.

     

    Dans l’Inde actuelle, la médecine ayurvédique coexiste avec la médecine occidentale moderne et les médecins intègrent à leur pratique médicale bon nombre de remèdes traditionnels. Ainsi, le bacopa est reconnu par les autorités médicales comme un traitement valable pour l’épilepsie, ainsi que pour certaines dysfonctions mentales et intellectuelles.

     

    Traditionnellement, on pressait les feuilles et les tiges pour en tirer le jus ou on les faisait sécher pour ensuite les réduire en poudre. On utilisait ces matières premières pour confectionner des sirops, des décoctions, des boissons rafraîchissantes ou des purées à tartiner. Ces préparations étaient abondamment sucrées afin de masquer le goût amer du bacopa. De nos jours, on fabrique des extraits dont la teneur en bacosides A et B, les substances actives de la plante, est normalisée à 20 % ou 55 %.

    Mémoire et fonctions cognitives. Les résultats de 4 essais cliniques publiés uniquement en Inde indiquent que le bacopa peut améliorer les facultés cognitives et la mémoire chez des écoliers en bonne santé, des personnes atteintes de dysfonction intellectuelle et des enfants souffrant de trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (extrait normalisé à 20 % de bacosides).

    Des extraits normalisés de bacopa contenant au moins 50 % de bacosides (300 mg par jour pendant 8 à 12 semaines) ont également eu des effets positifs sur la mémoire à court terme d’adultes en bonne santé. Une diminution du niveau d’anxiété des participants a parfois été observée

    D’autres essais cliniques conduits sur des périodes de 4 semaines ou d’une journée se sont soldés par une absence d’effets sur la mémoire ou d’autres fonctions cognitives. Ces observations amènent à penser que le bacopa n’agirait qu’après plusieurs semaines de traitement.

    Divers. Durant les années 1960, des chercheurs ayant mené des essais ouverts sur quelques dizaines de sujets ont rapporté qu’un extrait alcoolique de bacopa pouvait contribuer à diminuer la fréquence des crises d’épilepsie chez certains patients.

    Au cours d’un essai ouvert publié uniquement en Inde en 1980, on a donné du sirop de bacopa à 35 sujets souffrant d’anxiété. Le dosage équivalait à 12 g par jour de bacopa séché et le traitement a duré 4 semaines. Les auteurs ont rapporté une atténuation du degré d'anxiété et de fatigue mentale (neurasthénie) ainsi qu’une augmentation de la mémoire.

     

    Les résultats d’un essai préliminaire russe publié en 2006 indiquent qu’un mélange d’extraits de 5 plantes, dont le bacopa, peut améliorer l’efficacité du traitement classique de l’encéphalopathie consécutive à la cirrhose du foie.

  • Chondroïtine

    La chondroïtine est un constituant essentiel du cartilage et elle est naturellement produite par l'organisme. Elle est aussi présente dans les os, la peau, la cornée et la membrane des artères. Elle contribue à la formation et à l'entretien du tissu cartilagineux. Le rôle de ce tissu est d'assurer la rétention de l’eau dans le cartilage et son élasticité, ainsi que la solidité et la souplesse des articulations.

     

    Comme c'est le cas pour la glucosamine, on considère que la chondroïtine peut soulager les douleurs de l'arthrose. De plus, elle pourrait contribuer à arrêter ou ralentir la dégénérescence des tissus articulaires.

     

    Le mode d'action de la chondroïtine commence à être mieux connu. On soupçonne que, d’une part, elle favorise la reconstruction du cartilage et inhibe partiellement l’enzyme qui le détruit (l’hyaluronidase). D’autre part, elle agirait de façon similaire à la glucosamine au chapitre de la formation du cartilage et du liquide synovial. De nouvelles données montrent que la chondroïtine pourrait inhiber les ostéoclastes, qui sont des cellules jouant un rôle important dans la perte de substance osseuse. Elle serait aussi active dans le processus inflammatoire.

    Arthrose. La chondroïtine a fait l'objet de plusieurs méta-analyses et synthèses concluant à son efficacité pour soulager les symptômes de l'arthrose légère à modérée.

     

    Un essai sur 129 sujets en 2010 indique que la chondroïtine peut être utile pour les personnes souffrant à la fois d’arthrose et de psoriasis. Le traitement s’est révélé efficace pour soulager les douleurs arthritiques, mais aussi pour réduire le psoriasis plantaire des participants. Il s’agit d’un autre avantage intéressant comparativement aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), puisque ceux-ci aggravent le psoriasis.

     

    Efficace Ralentir l’évolution de l’arthrose. L’auteur d’une méta-analyse de 3 études d’une durée de 2 ans a conclu, en juin 2010, que la chondroïtine a un effet bénéfique modeste sur la progression de l’arthrose du genou (espace articulaire). Un avantage net sur les AINS, qui ont plutôt tendance à accélérer la progression de la maladie.

     

    Une étude récente, menée au Québec auprès de 69 patients, démontre que la chondroïtine a ralenti la perte de cartilage articulaire par rapport à un placebo, après seulement 6 mois de traitement. Par contre, il n’y a pas eu de différence entre les 2 groupes en ce qui concerne les symptômes, un point que le chercheur principal explique par le fait que les participants ont pris des AINS et de l’acétaminophène durant l’étude, ce qui a brouillé les cartes.

  • Glucosamine

    La glucosamine est fabriquée par l'organisme à partir du glucose et de la glutamine, un acide aminé. La glucosamine ainsi produite joue un rôle crucial dans le maintien de l'intégrité du cartilage de toutes les articulations. Lorsque le processus de fabrication de la glucosamine se dérègle, les cartilages se mettent à dégénérer et l'arthrose s'installe.

     

    On ne sait pas encore comment la glucosamine agit exactement et la recherche se poursuit. Elle augmenterait l'action lubrifiante du liquide synovial et ralentirait la dégradation du cartilage. De plus, des essais indiquent qu’elle peut avoir un effet bénéfique sur différents marqueurs de la santé des os et des cartilages.

     

    La glucosamine du commerce est synthétisée en laboratoire à partir de la chitine extraite de la carapace des crustacés (crevettes, langoustines, crabes, homards). Elle se présente généralement sous la forme de sulfate de glucosamine, mais on en trouve également sous la forme de chlorhydrate de glucosamine. Jusqu'à présent, la très grande majorité des études a été menée avec du sulfate de glucosamine et celles qui ont utilisé du chlorhydrate n’ont pas été concluantes en ce qui concerne les symptômes de l’arthrose.

    Recherches sur la glucosamine

    La grande majorité des études a porté sur l'arthrose du genou, quelques-unes sur l'arthrose de la hanche.

    Efficacité probable Ralentir l’évolution de l’arthrose. Les résultats de 2 essais cliniques à long terme (de 3 ans chacun, 414 sujets en tout) indiquent que l'action du sulfate de glucosamine, en plus de ses effets sur les symptômes, peut contribuer à freiner l'évolution de la maladie. Un avantage net sur les AINS, qui ont plutôt tendance à accélérer la progression de l’arthrose. De plus, le suivi des sujets de ces 2 études durant 8 ans indique que ce traitement, même interrompu après 3 ans, peut retarder ou éviter le remplacement chirurgical de l’articulation du genou18.

     

  • Astragalus

    La Médecine traditionnelle chinoise (MTC) accorde à la racine d’astragale une place importante dans son arsenal thérapeutique. Elle est employée comme tonique ou pour traiter diverses maladies, ou encore pour prévenir l’affaiblissement du malade, tout en le protégeant contre les infections. La MTC lui attribue le pouvoir de « stabiliser l'extérieur », c'est-à-dire qu'elle contribuerait à créer une sorte de bouclier contre les infections. On recommande de la prendre surtout à titre préventif, notamment contre les infections respiratoires.

    En médecine traditionnelle asiatique - Prévenir les affections des voies respiratoires; stimuler le système immunitaire; soutenir les personnes affaiblies ou souffrant de maladie chronique; stimuler l’appétit.

    Affections des voies respiratoires. En Médecine traditionnelle chinoise (MTC), on emploie la racine d’astragale dans de nombreuses préparations destinées à la prévention des infections respiratoires, qu’elles soient virales ou microbiennes. Elle est notamment l’ingrédient principal de la préparation traditionnelle Yu Ping Feng San (Wan), utilisée pour soigner la rhinite allergique, la bronchite chronique, la grippe et le rhume à répétition. (Voir notre fiche Yu Ping Feng Sandans la section Pharmacopée chinoise.).

     

    Usage traditionnel Tonique général. Quelques préparations de la pharmacopée chinoise renfermant de l’astragale visent à stimuler le système immunitaire des personnes affaiblies par la maladie ou simplement vieillissantes ou fatiguées.

     

    Selon la Médecine traditionnelle chinoise, l’astragale stimulerait aussi les fonctions cardiaques. Par exemple, dans la préparation traditionnelle Bu Zhong Yi Qi Tang, l’ingrédient principal est la racine d’astragale. On la prescrit en cas de manque de tonus, de fatigue, d’affaiblissement du système immunitaire, chez les convalescents, les malades chroniques, les femmes souffrant de dépression post-partum, les personnes âgées, etc. (Voir notre fiche Bu Zhong Yi Qi Tang dans la section Pharmacopée chinoise.)

     

    Selon des données provenant d’essais menés en Chine, l’astragale, en stimulant le système immunitaire, pourrait protéger les patients cancéreux contre les infections opportunistes. Des essais sur des animaux et des données cliniques préliminaires indiquent que la plante active la production de cellules du système immunitaire chez des sujets sains.

Résultats 1 - 2 sur 2.
  • Complément alimentaire à base d'extrait de Vitex Agnus Castus Boite de 90 gélules Complément alimentaire à base d'extrait de Vitex Agnus Castus Boite de 90 gélules

  • Complément alimentaire à base de Lactoferrine et de probiotiques. L-Vag est composé de Lactobacillus Plantarum, de Lactobacillus Reuteri et de Lactoferrine. Boite de 30 gélules. Réf. : 37700082910027 Complément alimentaire à base de Lactoferrine et de probiotiques. L-Vag est composé de Lactobacillus Plantarum, de...

Résultats 1 - 2 sur 2.

Principes Actifs

Informations

Nouveaux produits

  • L-HYPNO
    L-HYPNO

    L-Hypno® est un complément alimentaire à base de mélatonine et de...

    19,70€
  • L-INSTINA
    L-INSTINA

    Complément alimentaire à base de Lactoferrine et de probiotiques....

    28,60€
  • L-VAG
    L-VAG

    Complément alimentaire à base de Lactoferrine et de probiotiques. L-Vag...

    28,60€
  • GRIFFONIA 50 mg 5-HTP
    GRIFFONIA 50 mg 5-HTP

    Complément alimentaire à base de Griffonia Simplicifolia Boite de 90...

    39,00€
  • GATTILIER 200 mg
    GATTILIER 200 mg

    Complément alimentaire à base d'extrait de Vitex Agnus Castus Boite de...

    35,00€
  • DESMODIUM 200 mg
    DESMODIUM 200 mg

    Complément alimentaire à base d'extrait de Desmodium Adcendens Boite de...

    25,45€
  • CIMICIFUGA 100 mg
    CIMICIFUGA 100 mg

    Complément alimentaire à base d'extrait d'Actea Racemosa  Boite de 90...

    31,50€
  • SILYMARINE 300 mg
    SILYMARINE 300 mg

    Complément alimentaire à base d'extrait de Sylibum Marianum et de...

    36,00€